en

Bien choisir sa médication pour les allergies saisonnières

Commentaires

Est-ce que l’arrivée du printemps ou de l’été vous embête étant donné que vous souffrez d’allergies saisonnières? Découvrez comment bien traiter vos symptômes pour minimiser leur impact dans votre vie.

Bien choisir sa médication pour les allergies saisonnières

Rechercher un traitement optimal

Les personnes qui doivent subir, année après année, les nombreux inconvénients des allergies saisonnières sont souvent en mode « recherche de solutions ». De nos jours, tant de médicaments existent sur le marché qu’il est toujours étonnant de constater qu’encore bien des gens ne sont pas traités adéquatement. Pourtant, lorsque la saison commence, on peut voir à la télévision et sur Internet abonder des publicités vantant les mérites des médicaments contre les symptômes d’allergie. On assiste alors à une succession d’images de nez qui coulent, d’yeux qui piquent, de visages rouges et d’éternuements violents. Si vous avez l’impression de reconnaître dans ces images une caricature de vous-même à la période des allergies saisonnières, ce qui suit pourrait peut-être vous intéresser.

Les antihistaminiques : la base du traitement

Les symptômes suivants sont caractéristiques des allergies saisonnières :

  • éternuements;
  • démangeaison (yeux, palais, nez);
  • larmoiement;
  • nez congestionné ou qui coule abondamment.

Ceux-ci peuvent tous être traités par les antihistaminiques, qui représentent d’ailleurs le premier choix de traitement. On distingue les antihistaminiques en deux générations : la première et la deuxième. Le tableau suivant indique dans quel groupe se classent les produits en vente libre les plus connus.

Tableau 1 : Antihistaminiques de 1e et 2e génération.

Antihistaminiques de 1e génération

Antihistaminiques de 2e génération

Dipenhydramine (Benadryl®, etc.)

Loratadine (Claritin®, etc.)

Chlorphéniramine (ChlorTripolon®, etc.)

Cétirizine (Réactine®, etc.)

 

Desloratadine (Aerius®, etc.)

 

Fexofénadine (Allegra®, etc.)

Selon certaines références, la desloratadine ferait partie d’une troisième génération d’antihistaminiques.

L’avantage des antihistaminiques de 2e génération réside dans le fait qu’ils causent moins de somnolence et de sécheresse de la bouche. Donc, comme les symptômes d’allergie sont aussi présents pendant le jour, la médication peut être prise sans altérer les activités quotidiennes. De plus, ils ne sont pris qu’une seule ou deux fois par jour, ce qui constitue un second atout. Voilà les raisons qui expliquent  pourquoi on les utilise davantage de nos jours comparativement aux antihistaminiques de première génération.  La dose doit être ajustée chez les enfants, mais ces médicaments sont sécuritaires pour les tout-petits.

Quand les antihistaminiques ne suffisent pas…

La congestion nasale peut être très incommodante. Elle fait souvent partie du tableau des allergies saisonnières. Les décongestionnants à vaporiser dans le nez sont une bonne option puisque leur action locale limite la survenue d’effets indésirables. Toutefois, ils ne peuvent être utilisés plus de trois à cinq jours d’affilée, au risque de causer un problème de congestion chronique. Lorsque la congestion persiste, les décongestionnants à prendre par la bouche, comme la pseudoéphédrine ou la phényléphrine, peuvent être appropriés. Par contre, il ne faut pas prendre ces médicaments près de l’heure du coucher, car ils pourraient vous empêcher de dormir. Ils peuvent par ailleurs entraîner d’autres effets secondaires, et surtout, ne pas convenir à tout le monde, comme les enfants. Il est souhaitable de toujours demander conseil à votre pharmacien avant de prendre un décongestionnant disponible en vente libre, surtout si vous prenez d’autres médicaments ou souffrez de maladies chroniques.

Une des options intéressantes pour réduire les symptômes, et particulièrement la congestion et l’écoulement nasal, est l’usage de solutions salines. Le fait de nettoyer les voies nasales avec celles-ci permet en outre de réduire la présence des pollens causant les symptômes. Très sécuritaire, cette mesure peut être appliquée plusieurs fois par jour et bénéficier à plusieurs individus, petits et grands.

En cas de congestion nasale plus sévère, des corticostéroïdes en vaporisateur nasal peuvent aussi être prescrits par le médecin.

Par ailleurs, les allergies peuvent causer des symptômes importants au niveau des yeux comme une démangeaison, le larmoiement et une rougeur généralisée du blanc de l’œil. Lorsque les antihistaminiques oraux sont insuffisants pour soulager ces symptômes, des antihistaminiques sous forme de gouttes à mettre dans les yeux sont aussi disponibles. Comme ces gouttes se trouvent derrière le comptoir, vous devez les demander au laboratoire à la pharmacie pour vous les procurer. En cas de symptômes sévères, d’autres agents sont disponibles sur ordonnance.  

Trucs pour usage optimal des médicaments

Pour que les médicaments contre les allergies saisonnières soient le plus efficaces et sécuritaires possible, on doit les prendre de la bonne façon. Voici certains trucs à garder en mémoire :

  • Commencez à prendre vos antihistaminiques oraux quelques jours avant le début de la période des allergies pour soulager plus rapidement vos symptômes.
  • Assurez-vous que le médicament que vous prenez ne vous cause pas de somnolence avant de conduire votre voiture, de manœuvrer de la machinerie ou d’entreprendre toute autre activité requérant de la vigilance.
  • Ne prenez jamais plus de médicament que ce qui est recommandé.
  • Si vous avez des symptômes surtout la nuit, privilégiez les antihistaminiques de première génération. Ils vous aideront à mieux dormir.
  • Évitez d’utiliser un décongestionnant en vaporisateur nasal plus de trois à cinq jours.
  • Jetez les gouttes ophtalmiques 30 jours après l’ouverture de la bouteille.

Vous ne devriez pas tant redouter la venue de la période des allergies. Traiter les symptômes avec les bons médicaments vous permettra de profiter agréablement des joies du printemps et de l’été. Bien que la majorité de ces produits soient disponibles en vente libre, certains ne sont pas dépourvus de risque si vous avez d’autres problèmes de santé. Rappelez-vous que l’expert en médicaments, c’est votre pharmacien!

En lire plus sur le sujet

Mon enfant souffre d’allergies saisonnières

Mon enfant souffre d’allergies saisonnières

Lire l'article +

5 astuces pour conjuguer plein air et allergies

Lire l'article +

Rhume des foins et allergies : réduire ses symptômes par l’alimentation

Lire l'article +
Mieux vivre avec les allergies saisonnières

Mieux vivre avec les allergies saisonnières

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet