en

L’AVC : trois petites lettres aux lourdes conséquences

Commentaires

Au Canada, un accident vasculaire cérébral survient toutes les dix minutes. Malgré la fréquence de cette maladie, plusieurs personnes ne reçoivent pas les soins appropriés rapidement, faute de connaissance des signes avant-coureurs. Apprenez-en plus sur l’AVC et améliorez vos chances de survie et de rétablissement.

L’AVC : trois petites lettres aux lourdes conséquences

Qu’est-ce que l’AVC?

Chaque année, environ 50 000 Canadiens subissent un accident vasculaire cérébral (AVC). Cette maladie est loin de toucher que les personnes plus âgées, tel qu’on serait porté à se l’imaginer. En effet, 25 % des Canadiens qui subissent un AVC ont moins de 65 ans. Comme l’AVC peut entraîner la mort ou des incapacités importantes, il est primordial de connaître cette maladie et ses signes annonciateurs afin de maximiser vos chances de profiter d’une retraite en santé!

L’AVC constitue une urgence médicale. On en distingue deux types. D’abord, l’AVC ischémique, qui est causé par le blocage de la circulation sanguine dans le cerveau. Ce premier type est le plus fréquent. L’AVC hémorragique, quant à lui, survient lors de la rupture d’un vaisseau sanguin cérébral. Dans les deux cas, des cellules du cerveau, appelées neurones, sont détruites.

Le cerveau étant le centre de commande de la parole, des mouvements et de la pensée, les séquelles d’un AVC peuvent être multiples, selon la région touchée par le blocage ou l’hémorragie et l’étendue des dommages. Ainsi, un AVC peut diminuer votre capacité à vous déplacer, à voir, à parler, à vous souvenir, à raisonner, à lire et à écrire. Par ailleurs, le temps de rémission dépend de nombreux facteurs. Certains auront besoin d’une période plus ou moins longue de réadaptation; les moins chanceux en garderont des séquelles permanentes et auront besoin de soins prolongés. Suite à un AVC, la plupart des gens recevront une médication pour éclaircir le sang, de même que pour diminuer leur pression artérielle et leur cholestérol.

Comment l’éviter?

Plusieurs facteurs augmentent votre risque de souffrir d’un AVC. À partir de 55 ans, votre risque double tous les 10 ans. Les hommes sont également plus à risque. Enfin, si vous ou une personne de votre famille a déjà subi un AVC, vous êtes plus susceptible d’en souffrir éventuellement. Malheureusement, tous ces facteurs ne sont pas modifiables.

Toutefois, vous pouvez agir sur d’autres éléments:

  • Évitez de fumer ou de vous exposer à la fumée secondaire.
  • Maîtrisez votre diabète.
  • Maîtrisez également votre taux de cholestérol.
  • Perdez du poids si vous souffrez d’embonpoint.
  • Diminuez votre tension artérielle si elle est trop élevée.
  • Faites de l’activité physique.
  • Réduisez votre consommation d’alcool.
  • Prenez régulièrement vos médicaments prescrits, y compris ceux qui ont un effet préventif, comme par exemple un médicament pour éclaircir le sang si vous souffrez de fibrillation auriculaire ou si vous avez eu un remplacement de valve cardiaque.

Les signes avant-coureurs à reconnaître

L’AVC peut être traité. La période idéale pour recevoir des soins est dans un intervalle de trois heures suivant l’apparition des premiers symptômes. Durant cette période, les médicaments utilisés pour dissoudre les caillots causant un AVC ischémique sont plus efficaces. Il est donc capital de reconnaître rapidement les signes d’un AVC. Ces derniers peuvent être temporaires, mais ils doivent tout de même être pris au sérieux.

Voici quelques exemples de signes possibles d’un AVC :

  • Faiblesse, engourdissement ou paralysie : ils surviennent soudainement et peuvent affecter le visage, un bras ou une jambe, souvent d’un seul côté du corps.
  • Trouble de la parole : caractérisé par de la confusion ou une difficulté soudaine à parler ou à comprendre.
  • Trouble de la vision : qui peut être soudain ou temporaire, affectant un seul ou les deux yeux.
  • Mal de tête soudain : intense, inhabituel et sans raison apparente.
  • Étourdissements : souvent accompagnés d’une perte soudaine d’équilibre, une difficulté à marcher ou un problème de coordination.

Si vous présentez les signes d’un AVC, contactez immédiatement le 911. Il s’agit d’une urgence médicale qui doit être traitée le plus rapidement possible.

Les gens qui présentent un AVC ont souvent une asymétrie du visage (visage croche) lorsqu’on leur demande de sourire. Ils ont également de la difficulté à répéter clairement une phrase simple ou à lever et tenir en l’air les deux bras en même temps. Ces petits trucs peuvent vous aider à identifier une personne subissant un AVC. Toutefois, ne vous improvisez pas médecin. Si vous avez le moindre doute, contactez le plus rapidement possible les services d’urgence.

 À peine 20 à 25 % des personnes qui subissent un AVC reçoivent des soins moins de trois heures suivant l’apparition des premiers symptômes. Vous seul avez la capacité de ne pas faire augmenter ces statistiques. Gardez bien en tête ces signes d’alerte et agissez promptement s’ils surviennent. Comme tout bon boxeur, connaissez bien votre adversaire et vous serez en mesure d’esquiver les coups durs qu’il pourrait vous porter!

En lire plus sur le sujet

6 vérités sur l'anévrisme

Lire l'article +

4 aliments bons pour le cœur

Lire l'article +
L’angine de poitrine

Angines de poitrine : 5 facteurs de risque à surveiller

Lire l'article +

4 façons de prévenir l'insuffisance cardiaque

Lire l'article +
L’infarctus du myocarde

4 choses importantes à savoir sur la crise cardiaque

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet