en

Le mal des transports

Commentaires

Vous adorez voyager, mais vous avez la nausée à la simple idée d’être sur un bateau ou dans un avion? Ne laissez pas le mal des transports compromettre votre goût pour l’aventure! Il existe de nombreuses solutions pouvant rendre vos déplacements plus agréables.

Le mal des transports

Pourquoi souffre-t-on du mal des transports?

Connaissez-vous quelqu’un pour qui les longues balades en voiture, en train, en avion ou en bateau sont synonymes de malaise? Ce pourrait être le cas d’un de vos enfants, et la raison pour laquelle la phrase classique « quand est-ce qu’on arrive? » fait partie du décor sonore de vos déplacements…

Le mal des transports se produit lorsque le corps ressent des mouvements que le cerveau ne perçoit pas. Par exemple, un passager dans un avion a l’impression que son environnement est stable puisqu’il ne voit pas les mouvements de l’appareil. Par contre, son corps ressent les turbulences, ce qui peut entraîner les symptômes désagréables du mal des transports. Le processus se produit dans un endroit précis à l’intérieur de l’oreille, la partie responsable de la régulation de l’équilibre.

Les manifestations du mal des transports

Le mal des transports se caractérise principalement par des nausées et des vomissements. Par contre, d’autres symptômes peuvent être présents, tels que :

  • mal de tête;
  • sensation de chaleur ou de malaise;
  • pâleur;
  • inconfort abdominal;
  • transpiration;
  • étourdissements.

Le risque de souffrir de ces symptômes dépend du mode de transport utilisé. Le mal de mer est plus fréquent que le mal de l’air, qui est à son tour plus fréquent que le mal des transports associé à l’automobile. Le train est le mode de transport qui entraîne le moins de nausées et vomissements. Par ailleurs, des facteurs individuels peuvent influencer la susceptibilité au mal des transports, comme le fait d’être une femme, l’âge (les enfants sont plus souvent affectés), les émotions, la prise de certains médicaments et la présence de maladies.

D’autres éléments peuvent favoriser ou exacerber les symptômes, par exemple :

  • la fumée de cigarette;
  • une mauvaise ventilation;
  • la chaleur;
  • la vue d’un aliment;
  • certaines odeurs;
  • des bruits agressants;
  • l’anxiété ou la crainte d’être malade.

Trucs et astuces

Peu importe le mode de déplacement choisi, il existe des trucs pouvant vous aider à réduire vos risques de souffrir du mal des transports :

  • En croisière, choisissez une chambre se trouvant aux étages inférieurs et au centre du navire. Ceci permet de limiter les mouvements ressentis. Sortez fréquemment à l’extérieur pour profiter de l’air frais et fixez un point à l’horizon.
  • En avion, choisissez un siège situé près du centre de l’appareil, là où les mouvements sont moindres. Asseyez-vous près du hublot afin de pouvoir regarder à l’extérieur. Si vous ne pouvez pas voir dehors, gardez les yeux fermés.
  • En automobile, en autobus ou en train, assurez-vous de ne jamais être dos à la direction de l’appareil. Choisissez un siège vous permettant de voir la route devant vous et si possible, conduisez vous-même.
  • Ne fumez pas et demandez à vos compagnons de voyage de s’abstenir de fumer.
  • Dans tous les cas, évitez de lire ou de jouer à des jeux vidéo. Gardez plutôt votre esprit occupé en écoutant de la musique ou en relaxant.

En ce qui concerne l’alimentation, il est préférable de prendre plusieurs petits repas pour limiter le mal des transports. Évitez les aliments gras et épicés, de même que l’alcool, avant de partir.

De plus, n’oubliez pas d’emporter un récipient, comme un sac de plastique, et des lingettes nettoyantes, pour parer à l’éventualité d’un dégât!

Médicaments

Si les mesures précédentes ne suffisent pas à contrer votre mal des transports, sachez que des médicaments sont disponibles en vente libre pour vous soulager. Le dimenhydrinate est fréquemment utilisé pour cette indication. Par ailleurs, le timbre de scopolamine peut être pratique lors de voyage de longue durée, comme par exemple lors d’une croisière. En effet, il peut soulager les symptômes du mal des transports pendant trois jours. Ces deux médicaments ont toutefois l’inconvénient de causer de la somnolence. Le gingembre peut ainsi représenter une alternative intéressante, puisqu’il ne provoque pas cet effet secondaire.

Votre pharmacien connaît sans doute d’autres trucs pour vous aider à prévenir et traiter le mal des transports. Il peut également vous conseiller sur le choix d’un produit et vous informer sur ses modalités d’usage. N’hésitez pas à le consulter, car il serait dommage de laisser le mal des transports vous empêcher de vous évader et découvrir de nouveaux horizons!

En lire plus sur le sujet

La diarrhée du voyageur

La diarrhée du voyageur

Lire l'article +

Le paludisme (malaria)

Lire l'article +

4 conseils à suivre en voyage

Lire l'article +

4 essentiels santé à apporter en voyage!

Lire l'article +

Les petits et grands maux du voyageur

Lire l'article +
L’hépatite et le voyageur

L’hépatite et le voyageur

Lire l'article +

Voyager avec ses médicaments d’ordonnance

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet