en

Les traitements de l’insomnie

Commentaires

La fatigue et l’insomnie figurent parmi les maux d’une société soumise au stress et à la performance. De nos jours, nombreuses sont les personnes aux prises avec des troubles du sommeil. En faites-vous partie? Si oui, ce qui suit pourrait vous intéresser.

Dormez-vous assez?

On estime qu’un adulte a, le plus souvent, besoin de sept à huit heures de sommeil par nuit pour pouvoir récupérer convenablement. Cela dit, une petite proportion de la population se compose de « petits dormeurs », qui n’ont besoin que de quatre ou cinq heures pour reprendre leurs forces.

Les causes de l’insomnie

Quand on éprouve des ennuis de santé, il est parfois plus difficile de trouver le sommeil ou de faire en sorte que ce dernier soit réparateur. Plusieurs affections peuvent contribuer à un trouble du sommeil. En voici quelques exemples :

  • douleur aiguë ou chronique;
  • syndrome des jambes sans repos;
  • apnée du sommeil et autres maladies respiratoires;
  • maladies mentales;
  • maladies digestives;
  • rhumatismes.

Par ailleurs, de nombreux autres facteurs peuvent expliquer un trouble du sommeil, notamment :

  • la consommation d’alcool, de drogues ou d’autres substances stimulantes;
  • le décalage horaire ou des horaires de travail variables;
  • une grande période de stress, lors d’un deuil ou d’un divorce par exemple;
  • un environnement non propice au sommeil;
  • des activités stimulantes en soirée (exercice intense, travail intellectuel, etc.);
  • l’usage de certains médicaments.

Les traitements non médicamenteux

La première étape pour remédier à un problème d’insomnie consiste à cerner la cause ou les facteurs pouvant y contribuer et à les éliminer lorsque cela s’avère possible. Par exemple, le fait de maîtriser une maladie sous-jacente peut parfois régler le problème. Par ailleurs, si vous croyez que vos difficultés à dormir sont dues à la prise d’un médicament, parlez-en à votre pharmacien. Il pourra vous proposer des solutions.

Une fois cette étape réalisée, il est souhaitable de se tourner vers des mesures non médicamenteuses. Plusieurs peuvent être envisagées, notamment :

  • Apprenez-en davantage sur une bonne hygiène de vie et de sommeil. Avoir de saines habitudes de vie et une bonne hygiène de sommeil est le fondement d’un sommeil de qualité. Informez-vous sur ce sujet en consultant un professionnel de la santé, Internet ou des ouvrages qui y sont consacrés. Voici quelques exemples de conseils que vous pourriez trouver :
    • Ne pas boire de café avant d’aller au lit.
    • Faire de l’exercice régulièrement durant la journée.
    • Ne pas prendre de collations ni de repas copieux durant la soirée.
    • S’abstenir de faire des siestes dans la journée.
  • Apprenez des techniques de relaxation. Puisque l’insomnie va souvent de pair avec le stress, il pourrait être avantageux de vous intéresser à certaines techniques de relaxation telles que l’entraînement autogène (méthode de Schultz), la méditation, le biofeedback ou la musicothérapie.
  • Amorcez une psychothérapie. La psychothérapie est susceptible de contribuer à votre mieux-être de bien des manières. Elle peut entres autres réduire votre niveau d’anxiété et vous aider à mieux gérer le stress. Il est aussi possible qu’elle vous aide à mieux vivre avec d’autres problèmes de santé qui contribuent parfois à l’insomnie, comme une dépression.
  • Visitez une clinique spécialisée dans les troubles du sommeil. Les professionnels de la santé travaillant dans ce genre de clinique peuvent faire une évaluation en profondeur de votre situation pour déterminer l’origine du problème et vous proposer des solutions efficaces.

Les traitements médicamenteux

Se tourner vers la médication devrait toujours être une solution qu’on envisage en dernier recours, après avoir essayé toutes les autres mesures décrites précédemment. Il existe différents types de médicaments contre l’insomnie :

Les produits naturels

Certains produits naturels sont prisés pour leurs effets positifs sur le sommeil. C’est le cas, par exemple, de la mélatonine, de la valériane et de la passiflore. Bien que leur efficacité ne soit pas officiellement reconnue, ils sont utilisés avantageusement par de nombreuses personnes. Les produits naturels, comme c’est le cas de tout médicament, peuvent causer des effets secondaires. Consultez votre pharmacien pour plus d’information à leur sujet.

Les aide-sommeil en vente libre

Il est possible de vous procurer sans ordonnance à la pharmacie des médicaments destinés au soulagement de l’insomnie nocturne occasionnelle. Ces derniers contiennent une substance sédative (qui provoque le sommeil) appelée la diphenhydramine. Les fabricants de ces produits recommandent de ne pas les utiliser sur une longue période. Demandez conseil à votre pharmacien pour un usage optimal et sécuritaire. Si vous souffrez d’insomnie persistante, consultez votre médecin.

Les benzodiazépines

Depuis de nombreuses années, cette classe de médicaments est la plus prescrite par les médecins pour traiter les problèmes d’insomnie. On y recourt également pour le traitement de troubles anxieux. Quoique très efficaces, ces médicaments comportent certains désavantages, comme un risque d’accoutumance et de dépendance, et ont des effets secondaires : somnolence ou fatigue diurnes, troubles de la mémoire, diminution des réflexes, etc. Notez que les médicaments prescrits contre l’insomnie doivent toujours être utilisés à la plus faible dose efficace et pendant la plus courte période possible.

Les autres somnifères sur ordonnance

D’autres médicaments que les benzodiazépines peuvent être prescrits. Leurs effets ressemblent souvent à ceux des benzodiazépines. Également intéressants sur le plan de l’efficacité, ils peuvent eux aussi, pour la plupart, causer des effets indésirables et entraîner à long terme une accoutumance ou une dépendance. On doit donc les utiliser avec prudence.

Les autres classes de médicaments

Finalement, d’autres classes de médicaments sont de plus en plus souvent prescrites pour combattre les troubles d’insomnie. Il peut s’agir de médicaments appartenant, par exemple, à la classe des antidépresseurs, des anxiolytiques ou des antipsychotiques. On les utilise pour réduire l’anxiété ou provoquer la somnolence. L’intérêt de ces médicaments réside souvent dans le fait qu’ils permettent de traiter un problème concomitant ou d’éviter le risque d’accoutumance ou de dépendance associé aux somnifères.

En conclusion, si vous souffrez d’insomnie, ne restez pas les bras croisés. Personne ne devrait se priver de bonnes nuits de repos. Plusieurs professionnels de la santé peuvent vous aider et vous conseiller, dont votre pharmacien. Qui sait, les consulter facilitera peut-être votre passage vers le pays des rêves!

 

En lire plus sur le sujet

L’apnée du sommeil

4 questions pour comprendre l’apnée du sommeil.

Lire l'article +

Stratégies de lutte contre l’insomnie

Lire l'article +
La narcolepsie ou… tomber de sommeil

La narcolepsie ou… tomber de sommeil

Lire l'article +
L’insomnie : quand dormir n’est pas si facile

L’insomnie : quand dormir n’est pas si facile

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet