en

Santé & bien-être

La narcolepsie ou… tomber de sommeil

Commentaires

Au final, nous passerons environ le tiers de notre vie à dormir, soit 25 ans en moyenne.  Un bon sommeil influence directement et positivement notre qualité de vie et même notre espérance de vie. Mais qu’en est-il lorsque l’équilibre du sommeil est perturbé, comme dans les cas de narcolepsie?

La narcolepsie ou… tomber de sommeil

Il nous est tous déjà arrivé dans le cours de notre vie d’être envahi par des envies de sommeil soudaines et intenses laissant l’impression qu’on s’endormira en plein milieu d’une activité. Celles-ci s’avèrent particulièrement angoissantes lorsqu’elles surviennent quand nous sommes derrière le volant. Pour les personnes aux prises avec la narcolepsie, ces accès subits de sommeil font partie du quotidien.

L’importance du sommeil sur la santé n’est plus à démontrer; certaines études ont prouvé clairement qu’il assure un rôle essentiel sur :

  • la croissance;
  • la maturation du système nerveux et du cerveau;
  • le développement du système immunitaire;
  • la régulation de la température corporelle;
  • la sécrétion de plusieurs hormones.

Selon de récentes données, de 30 à 40% de la population adulte souffrirait d’un trouble du sommeil. Ces dysfonctions entraînent son lot de conséquences, comme la fatigue et la difficulté à se concentrer durant la journée. Certains de ces problèmes de sommeil sont suffisamment sérieux pour interférer dans le bon fonctionnement de la santé physique et mentale.  C’est le cas de la narcolepsie.

Qu’est-ce que la narcolepsie?

Ce trouble se caractérise par un temps de sommeil excessif pendant lequel la personne atteinte ressent une extrême fatigue qui peut mener à un endormissement spontané et involontaire. Ce syndrome affecte environ une personne sur 2 000 mais il est sous-diagnostiqué. Il touche autant les hommes que les femmes et se développe à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Les symptômes sont souvent très inquiétants et incapacitants, mais ils n’ont jamais causé ni été associés à une maladie grave. Les causes en sont mal comprises, possiblement multiples, d’origine héréditaire, biologique et/ou immunitaire.

Ces inquiétants symptômes…

La narcolepsie peut se manifester par quelques symptômes courants. Cependant, les personnes qui en sont atteintes ne les présentent pas tous.

Le plus évident et le plus important est l’envie soudaine de dormir pendant le jour, et ce, peu importe ce que la personne fait : conduire, discuter, marcher, travailler. Cette période d’endormissement peut durer de quelques secondes à quelques minutes et se produit même si la personne résiste. Après quoi, celle-ci se sent reposée… jusqu’au prochain épisode. Cela peut survenir plusieurs fois par jour.

Les trois autres symptômes sont plus rares mais les narcoleptiques en manifestent un ou plusieurs à un moment ou à un autre de leur vie.  Il est à noter que tous ces signes se produisent chez des personnes pleinement éveillées, ce qui est source d’inquiétude chez les personnes qui ignorent qu’elles souffrent de ce problème.

La cataplexie signifie une brusque perte du tonus musculaire sans altération de la conscience.  Cet état survient chez un patient éveillé qui vit un moment d’émotion, comme le rire, la joie, la colère ou la surprise.  La personne peut ressentir une sensation de faiblesse, des oscillations du corps et peut à tout moment chuter par dérobement soudain de ses jambes.

La paralysie du sommeil, quant à elle, se produit normalement juste avant l’endormissement ou immédiatement après le réveil. Il s’agit d’une incapacité totale à bouger ou à parler qui dure environ une minute et qui heureusement est passagère. Le narcoleptique se retrouve incapable d’appeler à l’aide mais est complètement éveillé. Ces paralysies peuvent évidemment produire un état d’angoisse profond et traumatisant, accompagné de crises d’anxiété associées à l’incapacité de bouger.

Les hallucinations hypnagogiques constituent le quatrième symptôme, mais non le moindre. Il s’agit de  perceptions sensorielles, comme des rêves intenses qui surviennent, eux aussi, juste avant le sommeil et juste après le réveil. Ils sont accompagnés de phénomènes visuels, auditifs et tactiles et, comme le patient est éveillé, on les qualifie d’hallucinations.

Enfin, le narcoleptique, en plus de s’endormir involontairement plusieurs fois par jour, a aussi tendance à se réveiller maintes fois pendant la nuit. Le sommeil récupérateur s’en trouve ainsi diminué, d’où la fatigue diurne associée à ce trouble.

Peut-on en guérir?

La narcolepsie ne se guérit pas, mais bien qu’elle n’est associée à aucune maladie ni lésion organique, les gens atteints en sont accablés et leur qualité de vie s’en trouve parfois diminuée. Fort heureusement, les symptômes peuvent être amoindris par certaines classes de médicaments, comme les stimulants du système nerveux, qui aideront le patient à rester éveillé. La cataplexie, la paralysie et les hallucinations peuvent être améliorés par la prise d’un traitement antidépresseur, qui réduira les symptômes physiques et aussi l’anxiété associée. Si vous souffrez ou croyez souffrir de narcolepsie, consultez votre pharmacien qui pourra vous informer davantage sur ses traitements.

De saines habitudes 

Voici quelques conseils pouvant vous permettre d’améliorer la qualité de votre sommeil :

  • des siestes planifiées durant le jour ne dépassant pas 20 minutes;
  • une heure de coucher fixe;
  • de la relaxation avant d’aller au lit (lecture, bain chaud, méditation, etc.);
  • l’évitement de substances stimulantes avant le coucher telles que la caféine, l’alcool et la nicotine.  

De plus, si vous devez fonctionner au jour le jour avec la narcolepsie, prenez note des conseils suivants :

  • Avisez les membres de votre famille, vos amis et vos collègues de travail de votre situation de manière à éviter les surprises ou les interrogations. De plus, cela empêchera que les gens prennent vos symptômes pour de la paresse, de l’hostilité ou une absence d’intérêt ou de motivation.
  • Si vous devez conduire sur de longues distances, passez le volant à quelqu’un d’autre.
  • Ciblez les activités qui nécessitent une plus grande prudence, comme opérer de la machinerie lourde ou manipuler des outils dangereux. Évitez-les autant que possible.
  • Évitez aussi les médicaments en vente libre et les substances qui peuvent causer de la somnolence.
  • Visitez une clinique spécialisée sur les troubles du sommeil.
  • Portez un bracelet ou un collier d’alerte médicale.
  • Adhérez à un groupe de soutien.

Un rôle vital

Tout compte fait, nul doute que nous avons tous intérêt à préserver une hygiène de sommeil irréprochable. La privation de sommeil entraîne des conséquences fâcheuses, allant même jusqu’à aggraver des problèmes de santé existants. Si vous croyez être aux prises avec la narcolepsie, un diagnostic et une prise en charge rapides sont essentiels pour en diminuer l’impact sur votre vie. Soyez éveillé aux enjeux de cette maladie pour ne pas la laisser assombrir votre quotidien!

En lire plus sur le sujet

Comment traiter l’insomnie?

Lire l'article +
L’apnée du sommeil

4 questions pour comprendre l’apnée du sommeil.

Lire l'article +

Stratégies de lutte contre l’insomnie

Lire l'article +
L’insomnie : quand dormir n’est pas si facile

L’insomnie : quand dormir n’est pas si facile

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet