en

L’épilepsie et son traitement

Commentaires

Quand on subit une crise d’épilepsie pour la première fois, on peut être secoué de bien des façons. Heureusement, au cours des dernières années, nos connaissances sur cette maladie et les moyens de la traiter ont grandement évolué.

L’épilepsie et son traitement

Traitement de l’épilepsie : un brin d’histoire

Il n’y a pas si longtemps, on croyait qu’une personne épileptique était possédée par le démon ou qu’il s’agissait d’un phénomène surnaturel. Pendant très longtemps, le traitement reposait sur quelques médicaments dont les effets secondaires importants limitaient parfois leur utilisation. Au cours des dernières décennies, de nombreux traitements sont apparus, permettant une plus grande diversité de traitement.

Le but du traitement

L’épilepse est une maladie chronique qui se caractérise par de fréquentes crises qui apparaissent subitement. Elle est causée par une décharge électrique anormale du cerveau. Le traitement vise à diminuer la fréquence des crises et à obtenir une bonne maîtrise de la maladie avec le moins d’effets secondaires possibles.

Traiter l’épilepsie : pour une meilleure qualité de vie

De façon générale, un médecin décidera de débuter un traitement après la seconde crise épileptique. Par contre, certains individus dont le risque de récidives est élevé peuvent commencer un traitement dès le premier épisode. C’est le cas de ceux qui, par exemple :

  • sont atteints de tumeur cérébrale;
  • ont des antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC);
  • occupent un emploi à risque;
  • présentent une forme plus sévère d’épilepsie.

Avant de confirmer que vous souffrez d’épilepsie, le médecin vérifiera vos antécédents familiaux, vous fera passer un électroencéphalogramme et un examen neurologique. La personne qui reçoit un diagnostic d’épilepsie peut être fortement ébranlée. Elle s’imagine déjà devoir délaisser ses activités favorites pour éviter à tout prix de nouvelles crises. Heureusement, on sait aujourd’hui que la majorité des crises épileptiques (à l’exception d’une forme rare nommée « status épilepticus ») ne causent pas de dommages au cerveau. Il est donc possible pour une personne épileptique dont la maladie est bien maîtrisée par le traitement de conduire une automobile, de pratiquer son sport préféré et de choisir l’emploi qu’elle désire.

Lorsque vous débutez une médication, il se peut que vous ressentiez certains effets secondaires qui peuvent dans certains cas être très incommodants. Ne décidez jamais de cesser un médicament avant d’en avoir discuté avec votre pharmacien. Il pourra sans aucun doute vous donner quelques conseils pour atténuer ces effets indésirables, ou discuter avec le médecin d’alternatives de traitement si cela s’avère nécessaire.

Le choix d’un traitement : chacun sa recette

Contrairement à autrefois, la personne épileptique a le privilège de choisir un traitement parmi plusieurs options. De 70 à 80 % des gens obtiendront une maîtrise satisfaisante de leur maladie avec un seul médicament. La sélection du médicament se fait selon plusieurs critères, y compris :

  • la posologie (le nombre de prises par jour);
  • les effets secondaires possibles;
  • les mises en garde et précautions;
  • le risque d’interactions avec d’autres médicaments;
  • les autres options de traitement;
  • les préférences de la personne.

Rappelez-vous que le pharmacien est le spécialiste des médicaments et peut donc vous renseigner sur tous leurs aspects.

En vue de maîtriser vos symptômes adéquatement, certaines personnes devront combiner plusieurs médicaments. Si tel est votre cas, ne soyez pas inquiet. Ces médicaments travailleront de concert pour maintenir votre santé.

Bien prendre ses médicaments : un pas vers la réussite

La fidélité à votre traitement est d’une importance capitale. Avec le temps, il se pourrait que vous baissiez votre garde et que vous oubliiez ou cessiez vos médicaments parce que vous vous croirez guéri. Malheureusement, la récurrence d’une crise risque de vous rappeler durement que ce n’est pas le cas. Le fait de ne pas avoir de crise n’est bien souvent qu’un signe que le traitement fonctionne. Par contre, si vous êtes patient et que votre risque de rechute est bas, le médecin pourrait décider de cesser le traitement si aucune crise n’est survenue dans les 2 à 5 ans suivant l’initiation de votre thérapie.

Petits conseils pour vous aider à prévenir les crises

Certains changements de vos habitudes de vie peuvent diminuer l’apparition d’une crise. Par exemple :

  • diminuer votre consommation d’alcool;
  • diminuer votre consommation de caféine;
  • réduire le stress par des exercices de relaxation;
  • éviter l’hyperventilation;
  • éviter le manque de sommeil;
  • avoir une alimentation saine et manger régulièrement;
  • prévenir les chocs à la tête par le port d’un casque lors d’activités sportives;
  • éviter les endroits où il y a des lumières clignotantes et de la musique forte.

La prise régulière de médicaments est essentielle pour que les crises d’épilepsie deviennent éventuellement choses du passé. Autrement, vous vous exposez à la peur constante de perdre le contrôle lors d’une convulsion qui pourrait se manifester dans les situations les plus inattendues et les moins souhaitables. L’épilepsie est une maladie qu’on peut s’employer à maîtriser, prenez donc les mesures pour remporter le combat!

En lire plus sur le sujet

L’épilepsie

L’épilepsie

Lire l'article +

Commenter l'article

Pourrait vous interesser

Économisez sur vos produits santé

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet