en

Santé & bien-être

Le cancer du sein : au-delà du ruban rose

Commentaires

Vous connaissez probablement une personne ayant souffert du cancer du sein, puisque une femme sur neuf en sera atteinte au cours de sa vie. Un diagnostic précoce étant associé à un taux de survie plus élevé, se renseigner sur cette maladie s’avère assurément bon pour la santé!

Le sein est une partie du corps de la femme associée à la beauté, à la féminité et à la maternité. Pour le petit enfant, le sein est intimement lié au réconfort et au bien-être. Mais pour beaucoup de femmes, il peut être la source de grandes inquiétudes lorsqu’un diagnostic de cancer du sein est posé. Chaque année, ce type de cancer est diagnostiqué chez plus de 5 000 Québécoises. L’annonce du diagnostic de cancer du sein provoque souvent un choc, suivi d’un combat, tant chez la personne atteinte que chez ses proches. En octobre, mois de la sensibilisation au cancer du sein, on souligne chaque année les enjeux d’une dure réalité à laquelle on ne peut tourner le dos.

Le cancer du sein : les faits

Un cancer se développe lorsque des cellules du corps humain se multiplient d’une manière anormale et anarchique. Ces cellules sont anormales parce qu’elles ont subi une mutation, c’est-à-dire un changement inhabituel, pendant leur croissance. Un cancer peut toucher n’importe quelle partie du corps, comme l’estomac, la peau, les poumons ou le sein. Lorsque des cellules anormales se reproduisent dans un sein, elles forment une tumeur bénigne (non cancéreuse) ou maligne (cancéreuse).

Chez la femme, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent. Il est aussi le plus meurtrier, après le cancer du poumon. Les hommes peuvent également souffrir du cancer du sein, mais plus rarement.

Le plus important facteur de risque de cancer du sein est l’âge. En effet, ce type de cancer s’attaque le plus souvent aux femmes âgées de plus de 50 ans. Les antécédents familiaux de cancer du sein (chez la mère, le père, un frère ou une sœur) constituent également un facteur de risque majeur, puisque les mutations des cellules anormales se transmettent d’une génération à l’autre. Les autres facteurs de risque sont notamment les suivants :

  • avoir déjà présenté un cancer du sein;
  • n’avoir jamais eu d’enfant;
  • vivre une grossesse après l’âge de 35 ans;
  • vivre sa ménopause passé l’âge de 55 ans;
  • avoir eu ses premières menstruations avant l’âge de 12 ans;
  • avoir subi une radiothérapie au niveau du torse, surtout à un jeune âge;
  • prendre des hormones (à la ménopause) pendant plus de cinq ans.

Certaines mauvaises habitudes peuvent augmenter le risque de cancer du sein, par exemple :

  • le tabagisme;
  • la consommation d’alcool;
  • l’excès de poids;
  • le manque d’activité physique.

La détection précoce : votre meilleure alliée

Dans la plupart des cas, un cancer du sein se développe pendant plusieurs années sans le moindre signe. Pour augmenter vos chances de détecter rapidement un cancer, il est primordial de bien connaître vos seins. Tout juste sous votre nez, ils méritent toute votre attention!

Il y a quelques années, on préconisait une méthode précise d’auto-examen des seins. Il n’est toutefois plus nécessaire d’employer une technique particulière. Le plus important est de bien connaître vos seins et toute la région qui se trouve autour (mamelons, clavicules et aisselles). De cette façon, il vous sera possible de reconnaître ce qui est normal et d’observer tout changement inhabituel, dont l’apparition de masses ou de bosses. La plupart des changements que vous remarquerez ne seront pas cancéreux; néanmoins, il vaut mieux en discuter avec un médecin. De plus, il importe de souligner que vos seins peuvent changer avec le temps ou présenter des modifications temporaires. Par exemple, il peut être normal que vos seins présentent de petites bosses ou soient plus sensibles avant vos menstruations.

Au Québec, il existe un programme qui permet aux femmes âgées de 50 à 69 ans de passer une mammographie tous les deux ans. La mammographie est la technique d’examen radiographique du sein. Une femme dont la mère a déjà eu le cancer du sein pourra bénéficier d’un suivi plus étroit et régulier. Votre médecin adaptera le suivi de l’état de santé de vos seins à l’importance de vos facteurs de risque. Il est toutefois important de le consulter chaque année ou aux deux ans afin qu’il puisse effectuer un examen clinique de vos seins.

Enfin, si vous présentez l’un des symptômes suivants, consultez immédiatement votre médecin pour subir un examen plus approfondi :

  • modification de la taille ou de la forme des seins;
  • apparition de plis dans la peau d’un sein;
  • rougeur, enflure ou chaleur au niveau d’un sein;
  • mamelon inversé, c’est-à-dire tourné vers l’intérieur;
  • croûte ou desquamation (petites lamelles de peau qui se détachent) sur un mamelon.

Les traitements disponibles

Il existe quatre types de traitement contre le cancer du sein :

  • la chirurgie;
  • la radiothérapie;
  • la chimiothérapie;
  • la pharmacothérapie par voie orale (prise de médicaments par la bouche).

Le choix du traitement dépendra de plusieurs facteurs, dont :

  • la gravité du cancer;
  • son emplacement;
  • son étendue.

Dans la grande majorité des cas de cancer du sein, il faut avoir recours à une intervention chirurgicale appelée mastectomie. Cette intervention permet d’enlever la tumeur. La mastectomie peut être partielle (une partie seulement du sein est retirée) ou totale (tout le sein est enlevé).

Lorsque la mastectomie est partielle, on doit souvent avoir recours à la radiothérapie. Ce traitement consiste à exposer le sein à des radiations (rayons) afin de tuer les cellules cancéreuses qui n’ont pas été retirées lors de la mastectomie. Par la suite, on pourra ajouter une chimiothérapie ou des médicaments à prendre par la bouche selon les caractéristiques du cancer.

De nos jours, un diagnostic de cancer du sein n’a pas une signification aussi noire qu‘il y a plusieurs années. Heureusement, les campagnes de sensibilisation et le développement des connaissances médicales ont permis de réduire considérablement les taux de mortalité associés à ce type de cancer : depuis 1986, ces taux auraient diminué globalement de près de 42 %. Il n’en demeure pas moins que le cancer du sein est une maladie qu’il faut prendre au sérieux et dépister le plus tôt possible. Vous avez un rôle déterminant à jouer dans la prévention et, surtout, le dépistage de ce cancer; votre clairvoyance et votre souci de préserver votre santé contribueront à empêcher que ce cancer ne vienne assombrir votre bonheur d’être femme, avec tous les avantages et toutes les beautés que cela comporte!

En lire plus sur le sujet

4 questions à se poser pour mieux dépister le cancer du sein par soi-même

Lire l'article +
Prenez votre santé en main grâce à l’approche « connaître vos seins »

Prenez votre santé en main grâce à l’approche « connaître vos seins »

Lire l'article +
Le cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus

Lire l'article +
La mammographie : À quoi s’attendre?

La mammographie : À quoi s’attendre?

Lire l'article +

Commenter l'article

Restez à l'affût!
Restez à l'affût!

Soyez toujours au courant des nouvelles tendances et des promotions Brunet!

Restez à l'affût! Abonnez vous à l'infolettre Brunet